Le 27 février 2021, il a été constaté que l’opérateur BOUYGUES TELECOM intégrait dans certains e-mails envoyés aux clients des « pixels espions » appartenant à des sociétés tierces, notamment : SALESFORCE, GOOGLE (ANALYTICS), WEBORAMA ET VALIDITY.

L’opérateur a affirmé qu’il était impossible de s’opposer à l’intégration de ces pixels, car ils sont « nécessaires à l’envoi des courriels ». Une plainte a été déposée à la CNIL pour obtenir le retrait de ces « pixels espions ».

Chronologie des événements :

  • le 27/02/2021, un e-mail a été envoyé à la société BOUYGUES TELECOM pour connaître la procédure permettant de s’opposer aux pixels espions présents dans les e-mails, notamment Google Analytics, et pour l’informer que ce service collecte des données à caractère personnel sans le consentement du destinataire et sans que le destinataire en soit informé.
  • le 19/03/2021, un e-mail a été reçu de BOUYGUES TELECOM indiquant qu’il est possible de gérer les préférences de contact dans les paramètres du compte de l’abonné.
  • le 19/03/2021, un e-mail a été envoyé à BOUYGUES TELECOM pour l’informer que les préférences du compte ne permettent pas de retirer les pixels espions des e-mails, notamment Google Analytics.
  • le 19/03/2021, un e-mail a été reçu de BOUYGUES TELECOM indiquant les mêmes éléments déjà évoqués, à savoir qu’il était possible de modifier certaines préférences dans les paramètres de son compte.
  • le 19/03/2021, un e-mail a été envoyé à BOUYGUES TELECOM pour l’informer que, contrairement à ses affirmations, les paramètres du compte ne sont pas pris en compte et ne permettent pas de retirer les pixels espions des e-mails, dont Google Analytics.
  • le 27/04/2021, un e-mail a été reçu de BOUYGUES TELECOM indiquant qu’il n’est pas possible de s’opposer à l’utilisation de ces pixels, car ils sont « nécessaires à l’envoi des courriels ».
  • le 10/08/2021, une plainte a été déposée auprès de la CNIL (réf. 28-4628).
  • le 11/08/2021, un article a été publié pour alerter les internautes. Voir « Bouygues Telecom collecte des données sur ses abonnés en insérant des pixels espions dans les e-mails ».
  • le 11/02/2022, une demande a été envoyée à la CNIL pour connaître l’état d’avancement de la plainte (réf. 142883-1644601259).
  • le ??/??/2022, un message a été reçu de la CNIL indiquant qu’une « procédure de contrôle » a été « initiée » pour « vérifier la conformité des traitements de données à caractère personnel ».