Les organismes publics devraient avoir l’obligation d’utiliser des adresses finissant par « .gouv.fr », car cela permet aux internautes de différencier facilement les adresses officielles, appartenant à l’Administration, des contrefaçons.

En utilisant uniquement des adresses « .gouv.fr », l’Administration peut communiquer un message simple et compréhensible aux internautes : « faites confiance uniquement aux adresses qui finissent par ".gouv.fr" », et ainsi diminuer le risque que les internautes soient victimes de phishing. Cela concerne, d’ailleurs, aussi bien les sites Web visités par les internautes que les e-mails qu’ils reçoivent.

En utilisant des adresses alternatives, non-officielles, les organisations publiques se compliquent aussi la tâche, car toutes ces adresses devront être conservées, payées et maintenues éternellement. Tout cela a non seulement un coût, mais cela fait aussi prendre un risque aux internautes, car si l’une de ces adresses ne serait plus utilisée et serait relâchée1, une personne tierce, française ou étrangère, pourrait en devenir le propriétaire et pourrait l’utiliser pour nuire. Les internautes, qui ne comprendraient pas pourquoi une année l’adresse est détenue par un organisme officiel, mais pas l’année suivante, feraient confiance, à tort, à cette adresse et pourraient être victime d’une personne malintentionnée.

Les adresses finissant par « .gouv.fr » sont particulièrement importantes, car en plus d’être un bon indicateur de confiance, elles bénéficient aussi d’un traitement particulier par l’AFNIC, l’organisme en charge des adresses « .fr ». Il est, par exemple, plus permis d’acquérir, depuis le 15 septembre 2021, des adresses finissant par « -gouv.fr »2 (avec un tiret), car elles pouvaient être facilement confondues avec les adresses officielles « .gouv.fr » (avec un point).

Notes et références

  1. Les noms de domaine, c’est-à-dire les adresses des sites Internet, ne peuvent pas être achetées, mais uniquement louées. Si une personne ne souhaite plus payer ou utiliser un nom de domaine, celui-ci peut être loué à une autre personne.
  2. Depuis le 15 septembre 2021, l’enregistrement des noms de domaine se terminant par « -gouv.fr » est interdit. Ceux qui possèdent de tels noms de domaine peuvent cependant les garder et même les renouveler (source : afnic.fr).