L’éditeur de l’application de vidéoconférence ZOOM a accepté de payer 85 millions de dollars pour mettre un terme à une action collective à son encontre.

Les plaignants reprochaient notamment à l’éditeur :

  • d’avoir partagé des données à caractère personnel, notamment avec Facebook et LinkedIn, sans informer les utilisateurs ;
  • d’avoir communiqué des informations fausses ou trompeuses sur la confidentialité des vidéoconférences, notamment sur le chiffrement de bout-en-bout des communications ;
  • d’avoir tardé à corriger des failles de sécurité, notamment une faille,appelée Zoombombing, permettant à une personne tierce non autorisée d’arrêter des réunions.

Ce montant de $85m sera utilisé pour payer les honoraires et frais des avocats ($21m), pour dédommager les plaignants ($5k par personne), pour payer les frais administratifs ($2,8m) et pour dédommager les utilisateurs : $25, ou 15% de la somme payée si celle-ci est supérieure, seront reversés aux utilisateurs ayant souscrit un abonnement ; et $15 aux autres utilisateurs.

Tous les éléments concernant cette action de groupe peuvent être retrouvés sur zoommeetingsclassaction.com (en anglais).

L’accord final peut être retrouvé en ligne sous la référence : 20-cv-02155-LB, ZOOM VIDEO COMMUNICATIONS, 21/04/2022 (en anglais).